Politique santé : harmonisation de l’action régionale en faveur des maisons pluriprofessionnelles de santé et des centres de santé

Explication de vote de Pierre Delacroix – 22 septembre 2016

Rapport n° 848

En Assemblée plénière du Conseil régional Auvergne – Rhône-Alpes du 22/09/2016, le médecin Pierre Delacroix (FN) s’est prononcé sur l’action régionale en faveur des maisons pluriprofessionnelles de santé à la campagne.

Monsieur le Président, chers collègues,

Je  profite de ce dossier concernant la lutte contre les déserts médicaux,  que bien entendu nous allons voter pour vous dire notre inquiétude devant cette situation indigne pour notre pays.

Des millions de français se trouvent ainsi privé  de leur  droit d’accès aux soins, ce qui illustre malheureusement ,ce que nous dénonçons tous les jours, le décalage entre les élites politiques et les réalités quotidiennes des français.

Quelle responsabilité vous avez !

Mais au delà de cette situation douloureuse, c’est toute la politique de santé qui est malade.

C’est le résultat , des politiques menées depuis plusieurs décennies, depuis les ordonnances Juppé de 1995, jusqu’à  aujourd’hui par la ministre de la santé, idéologue et dogmatique, ce qui a comme graves conséquences :

  • une dégradation de notre système de santé, dénoncé par tous les professionnels
  • une aggravation dans sa globalité du déficit d’accès aux soins pour des millions de Français.

Aujourd’hui, se sont les patients qui sont les premières victimes.

Notre système de santé est en danger de mort.

  • déficit de médecins dans nos campagnes mais qui commence à se faire sentir dans les grandes villes.
  • Fermeture de service de proximité, de maternités, de services d’urgence.
  • Des hôpitaux en faillite, sinistrés, avec des services délabrés, voire insalubres.
  • 100 cliniques menacées de fermeture en raison de prix de journée volontairement discriminatoire.
  • Des urgences saturées.
  • Le déremboursement croissant des médicaments (Alzheimer).
  • L’oubli des personnes âgées.
  • Le découragement des anciens qui ne veulent plus assurer la PDS.
  • La démotivation des jeunes, moins de 10% s’installent en « libé ».

Comment est-on arrivé a une telle situation, en France, au 21eme siècle ?

Je vous rappelle, qu’il y a quelques années notre Médecine était considérée comme l’une des meilleures au monde, quelle participait au rayonnement international de la France, et que notre système de santé était un modèle pour de nombreux pays.

Permettez moi aussi de vous rappeler que les français sont très attachés a leur médecine à la française, à leurs médecins, et a la qualité du couple Médecin/patient dont les missions vont bien au delà du soin.

Qu’il ne faut pas oublier que L’accès à la santé qui est un droit qui est inscrit dans la constitution, et qui concerne 66 millions de français.

La médecine de ville et de campagne, portée essentiellement par des médecins libéraux est au bord de l’implosion.

Au lieu de soutenir les médecins dans leur cœur de métier, on vient de leur rajouter une nouvelle couche administrative avec la mise en place du tiers payant.

Aujourd’hui notre métier à changé, les enjeux sont différents, d’immenses défis sont à relever,

Et malheureusement le sacerdoce, la vocation sont entrain de disparaître.

Il est temps de se poser les bonnes questions ! Pourquoi les jeunes  ne s’installent ils  plus ?

  • Parce que l’ on a détruit l’image du médecin.
  • Parce que les jeunes ne peuvent pas faire face aux charges écrasantes.
  • Parce que les jeunes n’ont aucune visibilité pour leur avenir.
  • Parce que les honoraires sont les plus bas d’Europe.

Des solutions existent, proposées par les internes, et les syndicats médicaux,  et il est plus qu’urgent de les mettre en place.

Il est temps de redonner confiance aux Professions de santé, de les écouter, de reconnaitre leur travail, de le valoriser, et surtout de leur laisser faire leur vrai métier.

Je vous remercie.

Pierre Delacroix a également présenté un amendement :

Amendement du groupe présenté par Pierre Delacroix :

Logo IsabelleHarmonisation de l’action régionale en faveur des maisons pluriprofessionnelles de santé et des centres de santé :

Exposé des motifs :

L’inégalité territoriale en matière d’accès aux soins, que l’on qualifie de déserts médicaux prive des millions de français du droit à la santé et nous pouvons malheureusement constater que certains territoires de la région Auvergne Rhône-Alpes souffre effectivement de manque de médecins pour répondre à l’offre de soin de premier recours.

La volonté de traiter ce dysfonctionnement qui ne peut être que consensuel, à été clairement énoncé par l’exécutif de notre région, en particulier par la vice-présidente en charge de la politique de santé.

Cette politique pilote, à la hauteur de nos ambitions, pourrait très rapidement répondre à un besoin urgent sur notre territoire.

Nous vous proposons donc de rajouter comme suit :

AMENDEMENT :

Dans le cadre des contrats « Ambition Région » :

La possibilité de mobiliser sur la base du volontariat, les médecins retraités, ainsi que les jeunes médecins remplaçants, pour exercer dans un désert médical quelques jours par mois, en bénéficiant d’exonération de charge, dans un local équipé mis à disposition par les collectivités locales.

Les commentaires sont fermés.