Ambition nano 2022 : pour une politique volontariste en soutien de la filière des nanotechnologies

Explication de vote d’Antoine Mellies – 30 novembre 2017

Rapport n° 1035

En Assemblée plénière auvergnate et rhônalpine du 30 novembre 2017, Antoine Mellies a vivement sollicité le soutien de la Région en faveur de la filière des nanotechnologies :

Monsieur le Président,

Maîtriser la micro-nano électronique revient à maîtriser le cœur des industries numériques, sujet de souveraineté économique et stratégique majeur. Sujet qui peut susciter une authentique coopération européenne éloignée de la dérive bureaucratique de Bruxelles.

C’est d’abord un enjeu industriel majeur avec 22 500 emplois directs dans la nanotechnologie, basée sur le bassin grenoblois. Mais c’est surtout un moteur considérable pour l’industrie et la santé du futur. Par ailleurs, les matériaux rares ou toxiques devront être progressivement remplacés par des matériaux ne présentant pas de pénurie potentielle et qui sont respectueux de l’environnement ainsi que le recyclage qui est un autre point fondamental. Car l’enjeu autour l’approvisionnement des terres rare va rythmer la géopolitique des prochaines décennies.

Pour toutes ces raisons, il faut mettre le paquet sur la recherche et développement en coordination avec le grand plan d’investissement dans les nanotechnologies prévu pour un montant de plus de 4 milliards €. Les régions doivent à ce titre être des partenaires essentiels dans la mise en œuvre d’une stratégie globale et transversale de la filière des nanotechnologies.

Oui il faut mettre le paquet sur les nanotechnologies car nous avons déjà pris beaucoup de retard.

La France et l’Europe sont déjà dépassées par le développement de l’intelligence artificielle qui aujourd’hui aujourd’hui est monopolisé par les GAFA américains et les BATX Chinois. Tout est lié : nanotechnologies, intelligence artificielle,  ce sujet est majeur et c’est pourquoi toutes les tendances politiques doivent être associées au plan nano. Les conseillers régionaux soient suffisamment impliqués et correctement informés.

Les commentaires sont fermés.