Plan de valorisation de la pêche

Intervention d’Erik Faurot – 9 février 2017

Rapport n° 4

En Assemblée plénière auvergnate et rhônalpine du 9 février 2017, Erik Faurot a défendu les pêcheurs et associations de pêche :

Monsieur le Président, chers collègues,

L’examen du plan de valorisation de la pêche qui nous est aujourd’hui soumis n’appelle que peu de remarques, je vous indique d’ailleurs d’emblée que nous nous apprêtons à le voter.

La pêche de loisir est une activité solidement ancrée dans les habitudes de la population française, on observe en effet que 40% de nos compatriotes déclarent avoir pratiqué la pêche en eau douce au moins une fois dans leur vie et, pour tordre le cou au passage à une idée reçue, les plus de 65 ans sont sous-représentés dans les études de profil des pêcheurs. On y trouve même un nombre croissant de jeunes et de très jeunes, ces derniers sensibilisés et initiés par le biais des très dynamiques écoles de pêche. Lire la suite

Agriculture : plan régional de développement de l’agriculture biologique

Explication de vote d’Erik Faurot – 17 novembre 2017

Rapport n° 1165

En assemblée plénière auvergnate et rhônalpine du 17 novembre 2016, Erik Faurot a évoqué à la fois les problèmes et les perspectives de l’agriculture biologique :

Monsieur le président, chers collègues,

C’est sans plus de suspense que je vous annonce dès le début de mon propos que nous voterons ce rapport.

Comme l’agriculture conventionnelle, l’agriculture biologique doit faire l’objet d’un soutien constant et appliqué. Il nous est rappelé dans le rapport l’impact croissant au sein du public des produits issus de cette filière, y compris bien sûr dans notre région où pourtant moins de 150 000 hectares sont consacrés à la production bio, ce qui évidemment se révèle insuffisant au regard de la demande sans cesse grandissante. Lire la suite

Agriculture : mise en place d’un plan régional d’intervention

Explication de vote de Christophe Boudot, président du groupe FN – 17 novembre 2016

Rapport n° 1166

Monsieur le Président par intérim, Mesdames, Messieurs,

Christophe-BOUDOT« Je suis là pour vous dire ce que l’on va faire pour sauver la viticulture… ». Ce sont les mots toute honte bue… du candidat Nicolas Sarkozy, en visite en campagne électorale, devrais-je dire… la semaine dernière dans le beaujolais.

Cette visite électorale de Nicolas Sarkozy dans le beaujolais, je vous le dis Monsieur le président, est très mal passée parmi les viticulteurs. Elle a créée beaucoup de gène et elle a ravivé les tensions…

A grand renfort de caméras de télévision et sous la pression d’une dizaine d’élus LR voulant à tout prix figurer sur la photo, vous vous êtes livrés à un jeu de communication indécent et  méprisant pour des viticulteurs qui souffrent si durement.

C’est qu’il y urgence, Monsieur le Président ! Non, rassurez vous, je ne parle pas des suicides et des faillites d’exploitations… Lire la suite

Plan en faveur de la ruralité

Intervention de Christophe Boudot, président du groupe FN – 22 septembre 2016

Rapport n° 846

Conseil régional Auvergne – Rhône-Alpes : en Assemblée plénière du 22 septembre 2016, Christophe Boudot, président du groupe FN, a fermement défendu les campagnes et ses habitants face à la menace d’une mort lente.

Monsieur le Président par intérim, chers collègues, Mesdames, Messieurs,

Si vous n’aviez plus qu’un seul chapitre à reprendre de notre programme, c’est bien celui qui parle de la ruralité, tant il est évident qu’il faut agir de toute urgence pour nos campagnes et ces villages oubliées, fracassées par une mondialisation débridée qui les a peu à peu relégués au second plan.

Ce qui m’a toujours frappé en traversant ces petits villages du Cantal, de Haute-Loire, de la Drôme, de l’Ardèche ou d’ailleurs. C’était leur silence et leur trop grand calme…

Il y règne parfois un silence de mort dans un paysage de désolation… Pareil à un décor factice d’un film de Sergio Leone , ces villages sont comme figés, comme vitrifiés. Seuls les quelques habitants, le plus souvent âgés, semblent attendre le retour d’un monde passé à jamais révolu… Lire la suite

Vœu du FN : Pour que l’Etat se mobilise en faveur des viticulteurs du Haut-Beaujolais, sinistré par la tornade de grêle du 27 mai 2016

Vœu du groupe, suivi de sa présentation (vidéo) par Christophe Boudot, président du groupe  – 23 juin 2016

Logo IsabellePour que l’Etat se mobilise en faveur des viticulteurs du Haut-Beaujolais, sinistré par la tornade de grêle du 27 mai 2016

Exposé :

Dans la nuit du 27 au 28 mai dernier, d’énormes rafales de pluie et de grêle mêlées se sont abattues sur le vignoble Beaujolais, notamment à Chiroubles, Fleurie et Morgon. Si heureusement aucune victime n’est à déplorer, il n’en demeure pas moins que cette tornade de grêle a détruit près de 1000 ha de vignes et menace directement la survie d’une centaine d’exploitation.

Dès le lendemain matin, les viticulteurs, qui pour certains d’entre eux ont tout perdu, se sont tournés vers les pouvoirs publics pour solliciter une aide d’urgence afin de sauver leurs exploitations et avec elles le dynamisme économique des villages.

Il y a urgence, l’Etat ne peut rester insensible à la détresse des viticulteurs dont beaucoup d’entre eux ne peuvent plus s’assurer et ne pourront pas passer l’année sans une aide directe. Lire la suite

La Région Auvergne Rhône-Alpes doit immédiatement venir en aide aux viticulteurs de chiroubles et d’autres communes qui ont tout perdu !

Communiqué du groupe Front National – 31 mai 2016

Logo IsabelleSamedi dans la nuit, d’énormes rafales de pluie et de grêle mêlées se sont abattues sur les vignobles du Beaujolais, principalement à Chiroubles et sur d’autres communes environnantes. Si heureusement aucune victime n’est à déplorer, il n’en demeure pas moins que plus de 1000 hectares de vignes ont été détruits.

Peu de viticulteurs ont hélas, aujourd’hui les moyens d’assurer leur récolte, cette catastrophe climatique sans précédent menace directement la survie de centaines d’exploitations des crus du beaujolais.

Si l’Etat doit classer les 5 communes touchées en Etat de catastrophe naturelle, c’est à la Région de prendre ses responsabilités ; elle doit immédiatement venir en aide aux viticulteurs touchés. Lire la suite

Tour de France 2016, un mauvais coup porté à l’économie viti-vinicole française

Communiqué du Groupe FN – 26 février 2016

Blazon FN-AURA-DEFGilbert COLLARD, Député du Gard, Secrétaire général du Rassemblement Bleu Marine, membre du bureau politique du Front National, a très justement rappelé dans un communiqué toute l’absurdité qui consiste à faire sponsoriser le prochain Tour de France 2016 par un vin chilien…
http://www.frontnational.com/2016/02/gilbert-collard-raille-le-choix-dun-vin-chilien-comme-vin-officiel-du-prochain-tour-de-france/

Le Groupe Front National de la Région-Auvergne-Rhône-Alpes s’indigne lui aussi de cette situation et rappelle que l’édition 2016 du Tour va concerner cinq départements de notre territoire régional (l’Ardèche, la Drôme, l’Ain, la Savoie et la Haute-Savoie) pendant près de six jours d’étapes.

Le Tour de France est et demeure un grand évènement populaire qui, au-delà des enjeux sportifs, permet de visiter et de revisiter la France des paysages, des villages et des villes moyennes. C’est aussi une manifestation de découverte des terroirs et de leurs productions. Or, les cinq départements concernés par cette édition 2016 sont des départements de traditions viti-vinicoles avec des vignobles parfois modestes mais qui travaillent tous dans le sens d’une qualité accrue et d’une authenticité qui, des vins de la Vallée du Rhône entre Ardèche et Drôme, à ceux du Bugey dans l’Ain en passant par les productions des deux Savoies, contribuent avec bonheur à la résistance économique d’un monde agricole en souffrance. Lire la suite

Fallait-il attendre la mort de nos agriculteurs pour annoncer la préférence nationale dans nos assiettes ?

Communiqué de Christophe Boudot, président du groupe FN au Conseil régional Rhône-Alpes – 23 juillet 2015

Christophe_BoudotLe pouvoir économique est aux mains de la grande distribution. On a la meilleure agriculture du monde et on la laisse crever.

Les socialistes et leurs amis de l’UMP (LR) découvrent la préférence nationale mais ils ont tous voté pour Bruxelles ! Ils ont tous voté le TAFTA ! Ce traité négocié en secret avec les USA… Ils ont sacrifié nos agriculteurs. Ils ne sont pas légitimes pour aujourd’hui les défendre.

– Fallait-il attendre que le monde agricole s’embrase pour enfin l’écouter ?
– Fallait-il attendre les suicides et les faillites pour remettre en cause le système aberrant des prix bas et des marges folles de la grande distribution ?

On a des filières d’excellence : achetons français !

Aujourd’hui les agriculteurs renversent la table et ils ont raison. Je les soutiens pour adopter la préférence française partout dans nos assiettes et ailleurs !

Soutien aux éleveurs de volailles

Communiqué du groupe FN au Conseil régional Rhône-Alpes – 7 mai 2015

LogoFNRRAChristophe Boudot, Président du Groupe FN à la Région Rhône-Alpes, ainsi que les élus Front National de l’Ain soutiennent les éleveurs-revendeurs de volailles interdits d’exposés par le ministère de l’Agriculture. Principe de précaution exige.

À l’origine ? Un foyer de grippe aviaire en Belgique…

Mercredi 6 mai, les aviculteurs manifestaient sur le marché de Bourg-en-Bresse pour exprimer leur incompréhension à cette interdiction

Encore une fois, des décisions dogmatiques prisent par quelques bureaucrates pénalisent des français dans leur travail quotidien.

Les élus du Front National de la Région déplorent cette interdiction et appellent à plus de « bon-sens » !

Suppression des quotas laitiers : la dérégulation imposée par Bruxelles, une grave menace pour les producteurs rhônalpins

Communiqué du groupe Front National – 1er avril 2015

LogoFNRRALa suppression des quotas laitiers à partir du 31 mars, qui limitaient jusqu’alors la production dans chaque pays pour éviter une trop forte baisse du prix payé aux exploitants, constitue une grave menace pour les producteurs rhônalpins.

En effet, si les agriculteurs européens pourront produire les quantités qu’ils voudront, ce sont avant tout les pays où les coûts de production sont faibles qui en bénéficieront. La fin des quotas va renforcer la compétition entre la filière française (deuxième producteur européen de lait de vache derrière l’Allemagne) et les grands producteurs d’Europe du Nord, lesquels ne sont pas soumis aux mêmes normes qui contraignent et étouffent nos éleveurs. Les conséquences risquent donc d’être dramatiques pour les filières rhônalpines. La concurrence internationale favorisera toutes les formes de dumping et une hausse des importations, entraînant une perte de part de marché des produits laitiers fabriqués en Rhône-Alpes. Lire la suite